Samedi 21 octobre 2017, on a eu rendez-vous à Som la Proz, Sembrancher ou Martigny pour un camp un peu spécial. En effet, le camp avait été déplacé non pas de date mais de lieu. Cette année nous ne parlerons pas de souffrance en poussée dans la Vallée de la Brévine. On ne parlera pas non plus de bouquetins ou de paysagea à couper le souffle. On ne parlera pas non plus de cuisine gastronomique. Bon vous avez compris on ne va pas au Cernet.

À la place, on commença par un peu de skating en plaine. Ce fut l’entrainement le plus long des deux filles. On fit quelques petits sprints ainsi qu’un relais. Erwan et moi fîmes un peu de technique. Après cet entrainement, on alla tous à la coop manger. Après une petite sieste dans une pelouse à Martigny, on entama le col des planches. Je partis du fond, Erwan du premier virage et les filles de Chemin. La montée fut rythmée par les cloques de Sophie. Après le bout qui est vraiment raide, Charles me dit : « Pousse dix minutes après c’est plat. » Après avoir fait ces dix minutes, je peux vous confirmer que ce n’est pas plat mais seulement moins raide. Il y a une nuance.

Arrivé à l’alpage, Charles sortit son nouvel outil de travail dont il était très fier : les craies pour dessiner sur la route. À la base, elles sont prévues pour qu’Erwan arrête de se perdre en ski roues. Mais là, c’était pour souhaiter un joyeux anniversaire à Soso. On rentra et on mangea des lasagnes préparées par Loraine.

Le lendemain, il y avait la journée pour féliciter Candide de sa victoire au classement général du FIS marathon world cup. Après avoir tourné dans Orsières pendant 45 minutes, on commença l’entrainement du club. Moi qui ne suis pas souvent présent pour cet entrainement, j’étais étonné du nombre de jeunes qui étaient là. On fit un basket ainsi qu’un parcours. Puis, il y eut la partie officielle avec les discours. On fit ensuite une petite course de 4 équipes de deux coureurs : Erwan et Fabien, Candide et Sophie, Estelle et Alwin, Marc et moi. On gagna facilement.

Après on alla manger la raclette et des gâteaux. Je demande à la personne qui a fait un cake cassant avec des branches de chocolat de m’envoyer la recette. Nous sommes donc partis de cette super-journée impressionnés pas le nombre de jeunes présents à l’entrainement. Je pense que ça fait au moins trois voire quatre ans qu’il n’y avait plus eu autant de monde. Nous nous rendîmes donc au chalet à Marc pour faire une sieste (c’était plus pour digérer que dormir car on ne s’était pas vraiment entrainer le matin, on pourrait dire que c’était cheel). Le lendemain fut une journée inhabituelle. Comme il avait neigé toute la nuit, nous prîmes de vieux skis et nous nous rendîmes aux Arts.

Quel bien-être
De revoir ce paysage blanchâtre
Qui nappait
Le sol du fond du Val Ferret.

Après avoir exploité toutes les zones des prairies des Arts (Eh oui car quand il y a moins de dix centimètres de neige on ne peut pas passer au même endroit sous risque de s’arrêter net à cause de l’herbe qui va bien moins vite que la neige et je crois pas que le sol soit très mou ; ce qui fait que l’on n’avait pas très envie de chuter), on descendit dans les prés en face de la Poya de Ferret pour faire des descentes un poil plus raides. D’ailleurs Sophie nous fit une belle chute.

L’après-midi, on descendit à Orsières, à la salle polyvalente, pour faire un ‘’ training ‘’ en salle. On fit un peu de coordination, de sprint de pompes et un gainage de trente minutes avec le swissball. Nous fîmes ensuite un petit parcours d’agilité où nous eûmes droit à quelques gamelles (je ne me moque pas car je suis pris un tapis en pleine face. Nous finîmes l’entrainement en faisant quelques sauts avec le trampoline ainsi que des dunks (petit kif de se prendre pour Aron Gordon avec un moulin à vent, il n’y a qu’Erwan ou les fans de NBA qui peuvent comprendre).

Le soir, on fit les traditionnelles crêpes. Puis on regarda des vidéos de Marc qui insulte les coureurs à sept ans ou qui se prend pour Dario Cologna. Le dernier jour, on a fait des intensités. Étant parti trop vite, j’en ai ‘’ chié ‘’. Le reste du groupe vous dira la même chose. Car courir avec des bâtons en haut une piste de ski alpin ce n’est pas une partie de plaisir. Mais cependant le sentiment après avoir fini est indescriptible. L’après-midi, nous fîmes un petit gainage avec Marc qui nous avait rejoints.

Un merci tout particulier à Charles ainsi qu’à Loraine pour ses délicieuses lasagnes. On remercie aussi le ski club Val Ferret ainsi que la commune d’Orsières pour la journée de dimanche qui fut une belle réussite. Pour finir, On remercie Romain pour l’entrainement dimanche matin.

(Bien joué si vous lisez ce message ça veut dire que vous êtes arrivés à la fin)

Laurian

Actualités

Témoignage

Thaîs Locher, Athlète du Centre Nordique du Valais Romand de 2012 à 2015

"J'ai eu la chance de pratiquer mon sport avec ce centre, j'ai pu y faire la connaissance d'amis formidables, être encadrée par un entraîneur motivé et expérimenté, et suivre ma scolarité tout en m'entraînant. J'ai la chance de pouvoir continuer mon chemin avec les juniors à Brigue avec Ski Valais. Et j'espère que d'autres jeunes pourront encore bénéficier des structures qu'ont permis de m'épanouir dans le ski de fond. Je me souviendrai toujours de cette expérience et je ne regrette rien."